À PROPOS DE MOI

Je suis née aux Îles de la Madeleine le 6 août 1934, de l’union de Pierre-Cornélius Carbonneau et d’Aurélie Bouffard. Après avoir obtenu un diplôme élémentaire de l’École normale Notre-Dame-des-Flots, j’enseigne aux Îles pendant quatre années. À l’âge de 20 ans, je me dirige vers la région de Montréal, où je serai enseignante à Ville LaSalle en 6e et 7e années du primaire et ceci pendant neuf ans.

Ayant épousé un Gaspésien, qui prend mari prend pays, je déménage en Gaspésie et je demeurerai 2 ans à Chandler et 22 ans à Carleton où je poursuivrai ma carrière d’enseignante à l’Éducation des adultes et aussi au niveau secondaire particulièrement à la polyvalente Antoine-Bernard, de 1969 à 1987. À cette école, j’enseignerai différentes matières, entre autres, l’Anglais, langue seconde, l’Économie familiale, l’Histoire, l’Écologie et l’Éducation musicale. C’est aussi en Gaspésie que je mettrai au monde mes trois enfants : Robert, Ann et Steve McBrearty. À compter de 1973-74, je suivrai différents cours pour obtenir un Brevet d’enseignement de classe « A » de l’UQAR en 1976, un Certificat de Connaissance de l’homme et du milieu de Télé-Université du Québec en 1980 pour finalement compléter un Baccalauréat ès Arts par cumul de certificats à l’UQAR en 1987.

À Carleton, je m’implique dans différents comités à la Polyvalente Antoine-Bernard et aussi dans la communauté. En 1978, avec plusieurs personnes intéressées au développement culturel, le Comité de développement culturel (CODEC) de Carleton est formé et j’en assume la présidence pendant 5 ou 6 ans. Je serai aussi membre de la troupe de théâtre « Le Clan Destin »,

En août 1987, je pars pour Montréal où je veux continuer d’enseigner et aussi me perfectionner à l’Université. Je m’installe à Verdun et travaille comme suppléante au primaire et au secondaire, dans les écoles des alentours. À l’hiver 1988, je m’inscris à la Maîtrise en éducation à l’UQAM, où je ferai une recherche sur les apprentissages des Aînés-es. Ceci me donne l’occasion de travailler sur plusieurs comités et programmes (recherche, mentorat) et de participer à différents colloques, ateliers et à un groupe de recherche concernant l’Éducation des aînés où je travaillerai comme auxiliaire d’enseignement pendant deux ans. En 1990, j’obtiens un poste de chargée de cours à l’UQAM où j’enseignerai au Certificat d’éducation personnalisée pour les Aînés-es et aussi en Formation initiale pour étudiants en enseignement et  en Perfectionnement pour les enseignants en exercice. Je termine ma Maîtrise en 1992 et je donnerai des cours à l’UQAM jusqu’en décembre 2000. Je me suis aussi impliquée au Syndicat des chargés-es de cours de l’UQAM et  à l’Association des diplômés-es en sciences de l’éducation de l’UQAM (ADDSE-UQAM) dont j’ai assumé la présidence pendant deux ans.

À l’hiver 1999, je fais un séjour au Cameroun pour les Services internationaux de SACO. Pendant ces trois mois passés en Afrique, je serai formatrice pour des enseignantes de Maternelle. Auparavant, j’avais suivi une formation de 90 heures au Centre canadien d’étude et de coopération internationale (CECI).

Ayant toujours aimé la recherche et surtout l’histoire, je me suis intéressée à l’histoire des Îles de la Madeleine à compter de mon arrivée à Montréal. Au décès de mon père survenu en janvier 1988, j’ai reçu de mes frères et sœurs le fruit de ses recherches concernant l’histoire de ma terre natale. Après avoir écrit différentes chroniques dans la revue « l’Hameçon » du Mouvement social Madelinot de Verdun et donné plusieurs conférences, je commence à rédiger en 2005 « Découverte et peuplement des Îles de la Madeleine » qui sera publié en 2009.

Pour établir des contacts et faire connaître mon coin de pays, je fais partie de la Société d’histoire et de généalogie de Verdun, de la Société d’histoire de Pointe-Saint-Charles, de la Société historique de Saint-Henri et tout récemment de la Société historique de Montréal. En plus d’être membre, je collabore activement à la Fédération acadienne du Québec, à l’Écomusée Tracadièche, au Musée de la Gaspésie, à la Société de généalogie Gaspésie-les-Îles et au Musée de la Mer des Îles de la Madeleine. Pour le moment, c’est un travail à plein temps!

Publicités

24 commentaires Add your own

  • 1. Robert McBrearty  |  juin 30, 2010 à 2:22

    Quel beau parcours.

    Réponse
    • 2. Pauline Carbonneau  |  juin 30, 2010 à 3:48

      Merci Bobby de tout le temps que tu mets à mettre sur mon blogue

      Réponse
  • 3. Hélène Chevarie  |  juin 23, 2011 à 4:21

    Moi aussi je trouve que c’est tout un beau parcours! Il va servir pour la biographie dont j’avais besoin…

    Réponse
  • 4. Estelle Thériault  |  juin 11, 2013 à 8:22

    Bravo Pauline pour tout ce parcours! J’adore ça!

    Réponse
  • 5. claude chiasson  |  juillet 21, 2013 à 2:16

    vous avez bien conserver vos racines vous n,abandonner pas tout comme votre père.en vous aller enrichir le patrimoine madelinot.

    Réponse
  • 7. jocelyne turcotte  |  octobre 12, 2013 à 8:03

    bravo pauline … belle carrière… je viens de parler à Louise gasseau et elle me parlais de ton parcourt…. Beau bonjour Jocelyne turcotte
    jocelyneetguy@hotmail.com

    Réponse
  • 8. Marjolaine Bourgeois  |  janvier 4, 2014 à 3:44

    Merci pour votre beau travail et toutes ces belles recherches que j’aime tant lire!

    Réponse
    • 9. paulinecarbonneau34  |  février 14, 2014 à 9:09

      Merci de votre appréciation. Je n’ai pu vous répondre avant car j’étais au Mexique depuis le 5 janvier. J’ai à coeur de faire connaître l’histoire des Îles à travers le monde. D’ailleurs j’ai contribué à un ouvrage sur les Acadiens dans le monde, dans un livre qui sera publié en Louisiane et qui sera lancé au Congrès mondial acadien en août 2014. J’ai écrit le texte sur les Îles.

      Réponse
  • 10. Michelle BeauFort  |  août 24, 2014 à 12:33

    Que de richesses vous avez accumulé avec ce parcours. Vous êtes une véritable « globe-trotter ». Ce que femme veut … Ces mots prennent tous leur sens simplement à lire ce texte.

    J’ai commencé ma généalogie et je me suis surprise à vouloir y travailler 24/24. Quelle belle folie que de vouloir rencontrer ces ancêtres. J’ai pu aller jusqu’en 1476. Plus je découvre et plus ce vouloir de connaître j’habite.

    Je vais me procurer votre bouquin c’est certain.

    Je suis à planifier un déménagement aux Îles dans +/- deux ans. Je fais tout plein de recherche, mais j’ai encore à apprendre beaucoup de choses :
    • climat
    • érosion
    • coûts pour nourriture, essence, combustible pour chauffage, etc
    • service de livraisons suite aux achats fait sur le net
    • locataire ou propriétaire
    Mon  » hamster » n’en fini plus de me questionner.

    Merci de lire ces lignes et aussi, d’avoir partager avec l’univers ce cheminement qui est vôtre.

    MicheB
    Laval, Qc

    Réponse
    • 11. paulinecarbonneau34  |  août 26, 2014 à 1:56

      Merci de votre appréciation. Pour ce qui est de mon bouquin, la première édition est épuisée. La deuxième édition doit sortir en octobre, le titre est le même mais ce sera publié par Les Éditions de la Morue Verte, qui a pignon sur rue aux Îles. Comme le distributeur est Ulysse, il sera disponible dans toutes les librairies.
      Bonne recherche dans votre généalogie. Pour ce qui concerne des ancêtres madelinots, je conseille Le Dicitonnaire généalogique des Familles des Îles de la Madeleine de Dennis Boudreau.

      Réponse
  • 12. Michelle BeauFort  |  septembre 2, 2014 à 1:59

    Vous êtes une grande dame Pauline Carbonneau.

    Au plaisir de se rencontrer à votre prochaine conférence. Le plaisir sera mien de vous serrer la main.

    MicheB
    Laval

    Réponse
  • 13. paulinecarbonneau34  |  septembre 2, 2014 à 4:22

    Je ne sais pas quand j’aurai l;a disponibilité pour préparer et donner d’autrs conférence. Je suis présentement à préparer mon déménagement pour octobre et accompagne mon fil;s dans sa lutte contre un cancer.

    Réponse
  • 14. Sylvia B  |  octobre 23, 2014 à 2:00

    Bonjour Mme Carbonneau,
    D’abord je suis triste pour votre fils et de savoir ce que vous devez traverser en ce moment, mes pensées vous accompagne.
    Je vous écrit depuis l’Australie et je vous ai trouvé en recherchant « Bénard » qui est le nom de mon feu grand-père (Charles) maternel décédé dans les années 50 près de Montréal. Ma mère (Céline Bénard) m’a dit qu’il venait des Îles. J’aimerais bien retrouvé la généalogie de ma famille, je ne sais pas par où commencer, peut-être quand vous en aurez la chance bien sûr, que vous pourriez me guider.
    En attendant je vous souhaite bon courage et un déménagement sans tracas.
    Sincèrement,
    Sylvia

    Réponse
    • 15. paulinecarbonneau34  |  janvier 9, 2015 à 9:47

      Merci pour votre compassion. Mon fils lutte pour sa survie mais son moral est bon.Concernant les Bénard des Îles, voici ce que j’ai écrit dans « Découverte et peuplement des Îles de la Madeleine » publié en 2009:
      Jean-François Bénard originaire de Bretagne, épouseMélanie Richard à Havre-aux-Maisons en 1849. Ses fils, Hyppolite, Pierre et Christophe s’installent sur l’Île de l’Étang-du-Nord, tandis qu’Alexandre émigre sur la Côte-Nord, à Havre Saint-Pierre. Les deux filles Geneviève et Joséphine sont dsécédées en bas âge à Havre-aux-Maisons. Vers 1930, Plusieurs descendants de Christophe Bénard se dirigent vers Grande-Entrée et Pointe-aux-Loups.Jean-François est né à Saint-Malo en 1822 de l’union de Jean Bénard et de Jeanne Calois. p. 116
      Voici ce que j’ai écrit sur les Bénard en m’aidant de l’ouvrage du généalogiste Dennis Boudreau « Dicitonnairegénéalogique des familles des Îles de la Madeleine 1766-1948 ». Vous pouvez me rejoindre par courriel à carbonneau.pauline@videotron.ca
      Je verrais si je trouve votre grand-père.

      Réponse
  • 16. Tiffany Boudreau  |  décembre 3, 2015 à 3:13

    Bonjour Pauline!
    J’ai trouvé votre carte de votre blogue que vous m’aviez donné au Le Sommet de la Rive, je l’avais complètement oublié! Vous êtes toujours intéressante à lire et apprendre plus sur vous!

    Réponse
  • 17. Jeannot Poirier  |  février 22, 2016 à 11:29

    Connaissez vous endroit au bassin ou portage du cap un endroit qui s’appelle « la source a Slabye ». Peut ère en rapport avec SHelaboy l’indien.

    Réponse
  • 18. paulinecarbonneau34  |  février 23, 2016 à 9:19

    Comme l’histoire de Shelaboy est de la tradittion orale, l’on ne peut situer l’emplacement de son campement avec certitude. En 2006, j’ai pris une photo de l’emplacement possible de son campement. Cette photo est à la page 33 de la première édition de Découverte et peuplement des Îles de la Madeleine. La 2e édition devrait paraître sous peu.

    Réponse
  • 19. Claudette Carbonneau  |  avril 8, 2016 à 7:08

    Bonjour Pauline
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton blogue à l’occasion du décès de Jean Lapierre. Tu es toujours une mine d’or sur l’histoire des Îles. Chaque fois ça me ressoude a mes racines.
    Merci pour cette belle implication.
    Claudette Carbonneau

    Réponse
    • 20. paulinecarbonneau34  |  avril 8, 2016 à 5:05

      Merci, Claudette de t’intéresser à mes recherches. J’espère qu’un jour nous aurons le temps d’échanger en personne. Je t’invite à lire le commentaire de Dennis Boudreau qui a fait une découverte concernant ton ancêtre William Cormier, et qui pour t’intéresser. La 2e édition de mon livre est sur le point de sortir…
      Au plaisir de se revoir,
      Pauline

      Réponse
  • 21. Denis Gagné  |  décembre 14, 2016 à 7:51

    Bonjour madame,

    Nous avons conversé lors du repas de Noël et vous m’avez remis votre carte. J’ai parcouru votre blog et puis vous affirmer que je suis vivement iontéressé par votre parcours et vos écrits. Espero tener la oportunidad de hablar con usted otra vez. Denis G.

    Réponse
    • 22. paulinecarbonneau34  |  décembre 15, 2016 à 4:12

      Merci de votre appréciation. N’hésitez pas à communiquer avec moi quand bon vous semblera ou si vous avez des questions concernant l’histoire des Îles.
      J’espère moi aussi vous rencontrer de nouveau.

      Réponse
  • 23. Hélène Perras  |  décembre 29, 2016 à 6:52

    Bonjour Madame,
    Ma fille Andrée Martineau et son conjoint ont tout récemment dîné en votre compagnie dans un restaurant animé de Verdun. Andrée m’a fait l’éloge de votre travail sur les îles et la publication de votre livre. Si ce n’était pas trop demander, j’aimerais prendre contact et éventuellement vous rencontrer. Je suis comme vous passionnée de littérature et d’histoire. Je suis aussi sur Facebook, vous pourriez m’y trouver, si le coeur vous en dit. Hélène Perras.
    a
    telier.hperras@videotron.ca

    Réponse
    • 24. paulinecarbonneau34  |  décembre 30, 2016 à 10:31

      J’ai bien rencontré votre fille qui m’a dit que vous aviez écrit sur les marraines de guerre. J’aimerais beaucoup vous rencontrer, nous pourrions échanger nos livres et parler de notre expériences. Cependant de ce temps-ci, je suis sur le point de partir en voyage du 16 au 30 janvier et je suis passablement occupée. Aussi, c’est l’hiver… j’ai encore ma voiture mais je dois choisir mes journées de sortie.
      Je vous souhaite une Bonne Année 2017 avec la réalisation de tous vos projets.
      Au plaisir de se rencontrer lorsque l’hiver sera terminé ou presque…
      Moi aussi, je suis sur Facebook.
      Pauline Carbonneau

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


%d blogueurs aiment cette page :