Les Irlandais aux Îles de la Madeleine

mars 25, 2013 at 3:12 11 commentaires

Au début du XIXe siècle, une grande famine sévit en Irlande, due à ce que l’on a appelé « la maladie de la patate ». Les Irlandais sont nombreux à émigrer en Amérique sur des navires qui se rendront à Québec ou à Montréal, où les passagers seront gardés en quarantaine, à cause de maladies contactées à bord de leurs bateaux. Plusieurs navires ne remontent pas le fleuve et préfèrent s’arrêter en Gaspésie, aux Îles ou encore dans les Maritimes. D’ailleurs deux postes de quarantaine étaient localisés au Nouveau-Brunswick : l’un à Saint-Jean sur Patridge Island et l’autre à Chatam-New-Castle (Miramichi) sur Middle Island. D’autres feront naufrage, avant d’arriver à destination.

C’est ainsi que le Miracle, parti de Liverpool pour Québec, s’échoue à la Pointe de l’Est le 19 mai 1847. Des passagers moururent, d’autres furent dirigés vers Pictou et plusieurs rescapés demeurèrent aux Îles de la Madeleine. Parmi ceux-ci, John James Brophy, 14 ans, et son frère Martin, 16 ans, qui déménagea en Nouvelle-Écosse. Par la suite, John James Brophy, épouse, à Cap-aux-Meules, Eve McLean, en 1860.

Deux fillettes furent aussi rescapées du Miracle. Il s’agit de Margaret Dunn et de Sarah Malone, qui étaient âgées d’une dizaine d’années. Une autre fillette âgée de sept ans, lors du naufrage, passa sa vie aux Îles. Il s’agit de Céleste McLone qui épousa en 1859, Jean Boudreau et David Arseneau, en deuxièmes noces, en 1871.

Trois autres enfants furent aussi rescapés du Miracle. Il s’agit de Margaret Muldoon, qui n’était âgée que de treize ans lors du naufrage, et qui épousera, par la suite, Jean-Baptiste Richard, en 1856. Ses  frères, Owen et James Muldoon, ainsi que l’épouse de celui-ci, Hermine Arseneau, émigreront à Havre-Saint-Pierre, vers 1860.

John Schofield, de Manchester, Angleterre était l’un des membres de l’équipage, même s’il n’était âgé que de 14 ans. En 1861, il épousa Marie-Anne Desjardins. Toute la famille déménagea à Baie-Sainte-Anne au Nouveau-Brunswick.

Des Irlandais étaient déjà établis aux Îles lors du naufrage du Miracle. Ainsi Morgan Doyle né en Irlande épouse à Percé Anne Power et leur arrivée aux Îles avec deux de leurs cinq enfants, se situe vers 1810. Une deuxième lignée de Doyle avec James Doyle, originaire de Georgetown à l’Île du Prince-Édouard, laisse des descendants aux Îles Il épouse Marguerite Dompierre à Havre-aux-Maisons en 1848.

William Cummings, fils de William et d’Anastasia Goff, est né County Wexford, en Irlande. Il épouse Sophia Payne à Sydney, Nouvelle-Écosse en 1804. Leur mariage est réhabilité à Havre-Aubert en 1814.

John Cassidy, né en Irlande en 1757, et marié à Margaret « Peggy » Turnbull de l’Île de Man en Angleterre, s’est installé aux Îles après être passé par la Nouvelle-Écosse. Il est décédé à l’Île d’Entrée en 1842. C’est son fils James, né à Pictou Nouvelle-Écosse, en 1798, et son épouse Mary Ivory, originaire du Nouveau-Brunswick, qui assurera la descendance des Cassidy aux Îles.

Vers 1837, Nicolas Keating, d’origine irlandaise, arrive aux Îles avec sa famille. Il avait épousé au Nouveau-Brunswick, Anastasia « Nancy » Grant  en 1827.

Vers 1840, James Dwyer, né en Irlande en 1818, et son épouse Marie-Madeleine Lapierre, née à Havre-Aubert en 1814, quittent Chéticamp avec leur fils Laurent pour s’établir aux Îles.

Henry Shea, né dans le County Kilkenny en 1797, épouse à Havre-Aubert Bridget McCullum en 1844. Ils ouvriront un établissement hôtelier sur le cap où est construit le Musée de la Mer. Ils ne laisseront aucun descendant aux Îles car leurs quatre filles sont demeurées célibataires.

John Quinn, né en Irlande en 1821, son épouse Hannah ainsi que leur fils John, né au Nouveau-Brunswick, arrivent aux Îles vers 1848.

Vers 1850, les frères John et Richard Delaney arrivent à Havre-aux-Maisons. Ils étaient les fils de Patrick Delaney, né à Queensbridge en Irlande, et émigré au Cap Breton vers 1820, et de sa troisième épouse Angélique Leblanc de Margaree. John épouse Eudoxie Thériault en 1851. Quant à Richard, il épouse Appoline Boudreau en 1859, et Marie-Lédée Thériault en secondes noces, en 1867.

Vers 1850, les frères Richard, John et Thomas Lebeuf Burke émigrent aux Îles en provenance de l’Île du Prince-Édouard. Richard était déjà marié à Margaret McKenzie en 1831. John se marie civilement à Havre-aux-Maisons, en 1852, à Jane Fagan de Cap-aux-Meules. Quant à Thomas Lebeuf, il épouse Emily McLean en 1852.

En 1868, Margaret Neville, une Irlandaise de Québec, vint aux Îles pour diriger l’école de Millerand sur l’Île de Havre-Aubert. Elle poursuit sa carrière une fois mariée à William Cormier, premier gardien du phare de l’Anse à la Cabane.

Vers 1875 Timothy O’Brien et son épouse Elisabeth Luther arrivent aux Îles avec leurs six enfants, tous nés en Irlande.

John David Buck, de Port-Hasting en Nouvelle-Écosse, prend pour épouse à Cap-aux-Meules,  Edith « Ada » Maud Turnbull  en 1881.

Vers 1884, William James Sullivan, son épouse Mathilda McInnis et leurs cinq enfants quittent Vernon River à l’Île du Prince-Édouard pour s’établir à Havre-Aubert.

William John Craig, né en Irlande en 1877, épouse Loretta Quinn à Grosse-Île en 1897.

Douglas Bell, né à Belfast en Irlande, épouse Margaret Elisabeth Taker à Grosse-Île en 1897.

Vers 1898, John Kennedy, d’origine irlandaise mais né à l’Île du Prince-Édouard en 1871, arrive aux Îles avec son épouse Elisabeth White et son fils James, à peine âgé d’un an.

En 1915, William Ball Lawlor, d’origine irlandaise, épouse Florence May Patton, à Cap-aux-Meules où naissent leurs trois fils.

Pour en connaître plus sur les Irlandais des Îles, consulter Découverte et peuplement des Îles de la Madeleine pp.149 à 157

Entry filed under: Articles.

La Petite-Rochelle et les Acadiens des Îles Les Jersiais

11 commentaires Add your own

  • 1. Daniel  |  août 5, 2013 à 6:47

    J’ai bonne raison de croire que Margaret Dunn/Muldoon, ainsi que Sarah « Céleste » Malone/McLone (mon arrière-arrière-grand-mère) étaient les deux seules fillettes à être sorties vivantes du naufrage. Le dédoublement n’est qu’une erreur.

    Réponse
    • 2. Antonin Arseneau  |  septembre 13, 2013 à 10:33

      Bonjour,
      Moi aussi,Céleste était mon arrière-arrière grand-mère. Je suis le fils de Hypolite à Alfred à David Arseneau. Celui qui s’est marié avec Céleste en seconde noce. J’ai même connu un vieillard, Égide Cormier, qui l’a connue jusqu’à sa mort autour de 1926. Égide était né vers 1901.
      À qui es-tu le garçon?
      Antonin

      Réponse
      • 3. Mortimer Winterthorpe  |  août 27, 2014 à 6:33

        Je suis le fils d’Odette à Odilas à David. Nous sommes donc reliés .

        Bien à toi,

        Daniel

      • 4. paulinecarbonneau34  |  août 28, 2014 à 4:27

        Merci de vous intéresser à mes recherches. Est-ce David Arseneau?

  • 5. paulinecarbonneau34  |  août 5, 2013 à 12:38

    Vous avez probablement raison. Cet article est un résumé des recherches concernant mon livre publié en 2009 « Découverte et peuplement des Îles de la Madeleine » et Margaret Dunn et Sarah Malone étaient dans les écrits de Leonard Clarke. Aussi j’ai vérifié ces données dans le Dictionnaire généalogique de Dennis Boudreau. En histoire, on ne finit jamais de vérifier. Merci de votre commentaire, je continue mes vérifications avant de publier une deuxième édition.

    Réponse
  • 6. Martine Cormier  |  décembre 25, 2015 à 8:37

    Merci de me faire connaître un bout de la vie de mes arrière-grands-parents paternels, William Cormier et Margaret Neville. Je suis Martine Cormier, à René, à Johnny, à William. Salutations!

    Réponse
    • 7. paulinecarbonneau34  |  décembre 29, 2015 à 10:58

      Merci de votre intérêt pour mon blog. Une de mes grand-mères était un Cormier, descendante de Jean Cormier qui est arrivé aux Îles vers 1775,

      Réponse
      • 8. Martine Cormier  |  janvier 1, 2016 à 8:07

        Je crois que tous les Cormier sont parents, jusqu’à un certain niveau.

  • 9. Denise Levesque  |  mai 15, 2016 à 7:41

    Bonjour Madame Carbonneau, Très intéressant comme lecture. J’y ai retrouvé mes ancêtres : Margaret Muldoon et Jean-Baptiste Richard.

    Réponse
    • 10. paulinecarbonneau34  |  mai 16, 2016 à 3:08

      Merci de vous intéresser à mes écrits. la deuxième édition de « Découverte et peuplement des Îles-de-la-Madeleine est sur le point de sortir en librairie avec les Édition de la Morue verte.

      Réponse
    • 11. paulinecarbonneau34  |  mai 16, 2016 à 3:55

      La deuxième édition de « Découverte et peuplement des Îles-de-la-Madeleine est sur le point de sortir en librairie. La maison d’éditions est la Morue verte. C’est plus complet que les articles sur le blog. Merci de vous intéresser à mes écrits.

      Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Calendrier

mars 2013
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Most Recent Posts


%d blogueurs aiment cette page :